Réduction d’impôts, aides financières aux plus démunis et indemnisation du chômage : une relance au compte gouttes !

Publié le par Bani Ramzi

La bataille rangée entre Sarkozy, les Syndicats et le patronat a l’air tout juste de commencer. Après le mouvement social du 29 janvier, le discours-interview du 05 février de Nicolas Sarkozy et le sommet social de la veille à l’Elysée, l’acte « quatre » se profile déjà et pourrait être décidé pour le 19 mars prochain. Un nouvel épisode en période de crise qui risque plutôt de créer une usine à gaz sociale.

L’objectif premier de Sarkozy a toujours été « travailler pour gagner plus ». D’ailleurs, l’enveloppe de 2,6 milliards d’euros décidée suite au sommet social, d’hier, ne représente que le dixième de ce qui a été décidé pour relancer la machine économique française par l’investissement. Faire revivre le marché de l’emploi en épaulant les banques, les industriels ainsi que le tissu des PME et TPE. OUI, mais en attendant, qui épaulera nos seniors et toutes les personnes déjà fragilisées par la crise économique actuelle ? Des personnes qui sont aussi défavorisées au niveau de la formation professionnelle. Ce ne sont pas des enveloppes de 200 euros qui changeront leurs vies. Parlant concrètement d'emploi senior. Nos quinquagénaires qu’ils leur restent au plus une dizaine d’années par rapport à la retarite. Une dizaine d’années qui commencent par une crise économique et dont la fin est inconnue.

Le site d' emploi senior s'intéresse d'ailleurs à la question de réduction d'impôts et aux aides financières aux plus démunis ainsi qu'à l'indemnisation du chômage.

Aussi bien les syndicats, le patronat et le gouvernement n’ont fait jusqu’à présent que dessiner un tableau politiquement noirci par des intérêts financiers pour les uns et de popularité pour les autres. Ils ont oublié que la vraie popularité devrait revenir à toutes les personnes défavorisés pendant les périodes de croissance et qui payent en premier la facture de la récession. Voyant nos seniors, nos mères au foyer qui ont sacrifié leurs carrières professionnelles pour faire grandir nos enfants, nos retraités qu’on essaye de les convaincre de penser sérieusement à la question du cumul d'emploi et retraite pour améliorer leurs niveaux de vie. Mais n’ont-ils pas travaillé déjà assez dur pendant des longues années.

Au patronat, à Sarkozy et aux syndicats, regarder un peu - du haut de votre tour qui s’écroulera certainement un jour – les vrais problèmes. N’hésitez pas à débloquer de vraies enveloppes de relance par le social, c’est là que se trouve la force d’un pays. N’hésiter pas à assurer une vie descente à cette machine inépuisable et infaillible que sont les Hommes et les Femmes de cette France qui a été toujours glorieuse face aux problèmes et aux crises successives.

Ramzi BANI

 

Commenter cet article

lelal 29/11/2009 11:25



Partager un toit entre séniors, soit en colocation, soit en copropriété.


La France compte à ce jour plus de 13 millions de personnes âgées de plus de 60 ans,
dont un quart vit seul suite à un divorce, au décès du conjoint(e) ou à l’éloignement de la cellule familiale.


Avec la montée du papy-boomer, ce chiffre ne cessera de croître dans les années
futures pour atteindre 18 millions de séniors à partir de 2015.


Ces « jeunes vieux », sont en général en bonne santé. Souvent dotés de diplômes,
parfois familiers des nouvelles technologies, ils entendent bien profiter de leur espérance de vie, estimée à 90 ans en 2050.


Pourtant, la situation économique des séniors en solo n’est pas toujours facile malgré
des revenus corrects pour certains.


Cet allongement de leur espérance de vie pose plusieurs problèmes : celui de
l’angoisse de vivre seul d’une part et les frais de logement parfois élevés pour de petites retraites d’autre part.



Pour beaucoup, intégrer une maison de retraite ne fait pas partie de leur philosophie
de vie ou ils n’ont pas le budget nécessaire pour financer ce type d’hébergement.


En dehors de ces problèmes, certains séniors, souvent des femmes, souhaitent tout
simplement changer de mode de vie et tenter l’aventure à plusieurs dans un autre endroit, au bord de la mer, à la montagne ou à la campagne, d’autres ont comme projet de se rapprocher de leurs
enfants. Enfin, pour certains, l’idée est de se rapprocher de toutes commodités et habiter, si possible, en centre ville. Le partage d’un toit entre séniors…


La France est en retard dans ce domaine. A l’origine, le concept de partage
d’appartements ou de maisons, entre aînés vient du nord de l’Europe : Benelux, Suisse ou encore la Suède. Au Pays-Bas par exemple, les colocations de seniors sont cinq fois plus courantes qu’en
Allemagne. La France est en retard dans ce domaine. Cette idée de partage (répartition des tâches, frais réduits du tiers ou du quart, vivre les bons et les mauvais moments, découvrir de nouveaux
horizons, éviter l’isolement) séduit de plus en plus de séniors, pourtant seuls ils auront beaucoup de mal à réaliser leur projet…d’où l’idée de la création d’un site web destiné uniquement aux
séniors.


Nous pensons que le site www.partage-senior.net répondra aux attentes de
beaucoup.
A
bientôt.
mail :
contact@partage-senior.net